Une fédération pour quoi faire ?

Un peu d’histoire ……

Lors de la création de la fédération en 1969 , l’état des lieux de la formation professionnelle c’était beaucoup de CAP et de BEP, 6 établissements scolaires entre « Ecole de métiers » et lycées qui formaient les jeunes ayant choisi cette voie  pour se diriger vers des emplois de début de carrière. Le baccalauréat n’existait pas et les élèves sortaient de ces établissements avec un Brevet de Technicien Hôtelier.

Deux options étaient possibles :

-          les garçons prenaient obligatoirement l’option restaurant-cuisine, la scolarité intégrait deux stages, un en cuisine et un autre en salle

-          les filles, environ un cinquième des effectifs, étaient obligatoirement dirigées vers l’option hébergement et avaient un stage de gouvernante et un stage en réception

Nous avions à l’époque 52 heures de cours par semaine, deux mois de stages en Juillet et Août et un stage d’hébergement de 2 semaines en cours d’année.

La formation de l’époque correspondait à un besoin de main d’œuvre de base mais ne formait personne pour les emplois d’encadrement.

Les parents, dont Madame Marie-Thérèse DAVID, une des fondatrices de la fédération, responsables des petites associations locales de l’époque  avaient pris conscience du manque évident de reconnaissance de la formation de l’époque, et avaient saisi l’opportunité des réformes de l’après 68 pour tout mettre en œuvre pour que cette formation évolue, devienne à part entière une formation de l’éducation nationale.

Ainsi, et très rapidement fut créée la FNAPEETHT.

……. Le fil des ans…..

Petit à petit et en collaboration constante avec la profession et l’Education Nationale, les études se sont transformées. La fédération par son action a obtenu le remplacement du Brevet Technicien Hôtelier et de son référentiel par un Baccalauréat Technologique Hôtelier.

La fédération a contribué à la création de plus en plus de classes de Brevet Technicien Supérieur ainsi qu’à la rénovation des diplômes au travers de sa participation au CPC.

Par son action auprès d’associations diverses d’anciens élèves et de proviseurs de lycées hôteliers, par son rapprochement auprès d’associations internationales de promotions de l’enseignement hôtelier Français à l’étranger, la fédération a contribué à faire de l’enseignement professionnel  un passage obligatoire pour des jeunes qui désirent entreprendre une carrière dans l’hôtellerie.

La fédération a également participé à des aides à la création d’entreprises pour des jeunes juste sortis de l’école via la bourse Evian-Badoit.